La galère des vacances estivales

Les vacances estivales, couramment l’3otla l’kbira est un moussem très prisé et très attendu par les enfants de tout âge. C’est la période dont on se libère des chaînes des obligations écolières/collégiennes/lycéennes pour enfin laisser place libre (et vide) au petit awesome monstre qui somnifère en nous depuis la période d’hibernation de nombreux autres animaux partageant avec nous la joie de vivre.

Les vacances de l’été sont cette période où chaque bonne âme d’enfant trouve la paix intérieure. Moi, qui regrette de ne plus être un enfant (mais qui essaye), attendait avec passion les vacances, je comptais les jours et nuit pour enfin dire que les vacances seront très très proches, keep faith.

Cependant, le scénario diffère en cette saison de développement physique, physiologique et psychique (Quand je me transforme d’un enfant à un homme) que je passe ainsi couplé avec le fait que j’ai eu mon bac scientifique.

Oui, j’ai eu mon bac et vous serez probablement persuadé que j’avais un grand sourire jusqu’au oreille. Ben, non ! Je n’ai gouté d’aucune joie de réussite, même, j’étais très mal à l’aise.

Pourquoi ? Mes ami(e)s que je chérissais tant n’ont pas eu leur bacs. Le diplôme du baccalauréat qui est sensé nous ouvrir des portes en effet,  n’a rien de cela au Maroc cependant, ce diplôme nous fait éloigner de nos amis, entre quelqu’un qui a réussi et parti ailleurs et l’autre qui a redoublé et perdu son ami(e) intime..

Après une longue période de cohabitation dans un lycée on nous sépare brusquement, c’est vrai que l’welf s3ib.

Perdu dans la routine agonisante de l’été et les différents parcours de va et viens vers la mo9ata3a pour légaliser son bac & co, ainsi s’inscrire dans un amas d’écoles supérieures en espérant que la plus modeste d’eux nous accepte, rend vraiment notre été joyeux..

Les vacances de l’été ont tellement changé que je ne sais point me situer.

Cependant, survivre est un art de guerre..

L’homme doit être élevé pour la guerre et la femme pour le délassement du guerrier: tout le reste est folie!

Ainsi parlait Zarathoustra, Friedrich Nietzsche.

Publicités

Comment créer son propre idole ?!

Certains adorent la création des idoles, ils aiment apercevoir des idoles glorieuses, sinon ; ils en créent à partir de leur imagination. Si toi-même tu es amateur de la création des idoles, la recette te sera très simple.

Amène une personne et mets là dans un endroit plutôt haut horizontalement, un piédestal par exemple. Ainsi, sélectionne sa zone de déplacement par une corde rouge.. et exécute ce qui suit :

Justifie chacune de ses erreurs en disant : « Bien sûr qu’il ne l’a pas fait exprès » en ne demandant surtout pas de clarifications, car bien entendu il ne l’a pas fait exprès.

Demande auprès des autres des explications de ses dires avec des interprétations multicolores si ses expressions étaient ambiguës, compréhensibles ou à tord sans autant lui (l’idole) demander des explications. Laisse le tranquillement sur son piédestal sans dérangement. Utilise la citation « Son discours  était mal interprété » au lieu de « Son discours n’était pas clair ». Mieux vaut que les masses changent leurs façons de compréhensions que lui demander une clarification.

Exagère dans la description de toute bonne action faite par lui pour qu’elle apparaisse comme un miracle ou bien quelque chose de surhumaine.

Décrit son quotidien ordinaire par l’adjectif de la modestie et l’humilité. « Oyez oyez.. Il mange avec les gens, il boit aussi.. Alors que la grande surprise est qu’il fait ses besoins les toilettes comme nous.. Ô comme nos dieux sont modestes ! »

Si quelqu’un a eu l’envie de le rendre sérieusement en question, le critiquer.. Montres au doigt avec vive allure vers la corde rouge et dit « Interdit de s’approcher et de photographier ! ». Vous allez bien entendu les stéréotyper de traitres, minorité avec un agenda étranger ou bien de faux citoyens déguisés pour semer la zizanie « Fitna » et ainsi de suite, pour que la critique devient un crime et un acte d’irrespect..

Murmures toujours en répétant l’incantation « Nous sommes des êtres humains, nous faisons tous des erreurs ! ». Pour ainsi le faire apparaitre auprès des gens comme un simple être humain sans autant avoir l’audace de montrer au doigt une de ses erreurs qui affirment son humanité. Chaque parole et acte ne peut qu’être correcte et l’erreur se doit d’être interprété comme la source de la sagesse et la nécessité du moment historique.

Ainsi, tu auras créé une idole en six étapes, avec un potentiel et moyens de bord très simples : un être humain, un piédestal et une corde rouge. Prends très bien soin de lui.. !

Cependant, l’obligation exige que vous deviez savoir que malgré tout, il a une date de péremption.. Oui ; exactement. Puisque le piédestal n’endure pas éternellement.

Le piédestal n’est pas flatteur, il ne tolérera point le poids croissant !

Donc, si tu apprécies quelqu’un, prends toutes les mesures pour qu’il ne se transforme pas en une idole car, la casse sera son inévitable destin.

_____

Traduction libre depuis : كيف تصنع صنمك الخاص؟! – وائل عادل

They can’t stop the Moroccan spring

Rimant avec le changement pour le bien des communautés, je me rejoins avec un poème de résistance militant pour la liberté en tant que partisan du mouvement des jeunes du 20 février, Feb20 pour les intimes.

Entre autre, pour ne pas passer pour des trolls froids mangeant du métal, voici une création artistique visant humaniser le Feb20 chez le commun des mortels. Une preuve d’amour pour un pays si chère à nos yeux tant qu’aux autres muni d’une diversité culturelle faisant partie du charme Marocain quasiment, ce qui fait son exception.

Le choix du poème voulant témoigner sur la cause populaire en préservant sa diversité culturelle, on s’est basé sur les paroles de deux chansons. La première étant celle du chanteur égyptien Hamza Namira avec comme titre « Ehlam Ma3aya – Dream With Me » relatant avec forte humanité optimiste le chemin de l’espoir, passant par la deuxième chanson « They can’t stop the spring » d’un groupe musical irlandais, je nomme Dervish marquant l’union des mondes en relatant la fait à l’arrivée du printemps. Le rideau ouvert, l’œuvre ci-dessous apparait :

The curtain has been raised

The wall no longer stands

And from Tangier to Lagouira

We’re standing as one clan

_

The curtain has been raised

And Morocco’s all one stage

And the Atlas lions

Have united like one force

_

We don’t need no words

Just freedom as we demand

A patriotic choir

Singing hand in hand

_

Tomorrow is coming with double rainbow all the way

And if does not come brightly shiny

We will bring it ourselves

No matter how many times we fall

We will be able to rise again

Finding the way through, challenge and defying the dark clouds

We will find our night transformed into a happy shiny morning

_

No matter how long our journey becomes

Our union will rally us toward freedom

We will stride upon the right path

Until freedoms become real

_

They might scare the blackbird

But they cannot stop him sing

They may steal the honey

But they will never steal the sting

They may crush the flowers

Trample every living thing

But they can’t stop the spring